Depuis sa victoire en finale de Wimbledon, Andy Murray n’en finit pas de défrayer la chronique et fait l’objet des élucubrations les plus surprenantes. Dernière folie : sa légende autour du chiffre sept.

Comme cela fait 77 ans que le tournoi de Wimbledon n’avait pas été remporté par un britannique, les observateurs ont cherché des coïncidences en rapport avec ce chiffre. La cause ? En numérologie, il est symbole d’esprit, d’absolu, de connaissance, d’analyse, de recherche, de vie intérieure, d’originalité, mais aussi de solitude. Il est aussi le numéro de la chance et du mysticisme en signification ésotérique. Il n’en suffisait pas plus pour lancer la légende.

Né en 1987, Andy Murray a réalisé son exploit historique le 7 juillet (07/07) alors qu’il disputait sa 7e finale d’un grand chelem. C’est la première fois depuis 117 ans qu’un Ecossais remporte le tournoi londonien depuis Harold Mahoney et comme un heureux hasard, le dernier sujet de la reine à avoir remporté le tournoi sur pelouse était Virginia Wade en 1977.

Son adversaire lors de cette finale était Novak Djokovic, plus jeune de sept jours et l’Ecossais a réussi à lui prendre son service sept fois. Bref, la coupe est pleine. Jeu, sept et match pour Andy !