A Indian Wells cette semaine, il y avait les matches de tennis entre Djokovic et ses adversaires. Et les joutes verbales entre le coach du joueur serbe, Boris Becker, et le consultant de Sky Sports, Greg Rusedski.

En fait de joutes, c’est un combat que Becker a mené à peu près seul, mais qui lui tenait visiblement à coeur : l’ancien champion allemand a asticoté l’ex-joueur britannique à plusieurs reprises sur le contenu de ses commentaires sur Djokovic.

Tout a commencé samedi, en marge des demi-finales :

J’écoute Sky Sports et Greg Rusedki et je ne suis pas d’accord avec son opinion sur @DjokerNole. Il faut respecter davantage mon gars.

Malgré l’absence de réponse de l’intéressé, Becker, qui n’était pas à Indian Wells ces deux dernières semaines, a parsemé sa timeline de tweets plein de sous-entendus :
Juste avant la finale : “Je regarde Sky Sports. Impatient d’attendre les commentaires.”

Pendant : “J’ai toujours aimé les commentaires de Sky. Et ?

Pendant encore : “Je ne comprends pas vraiment (ce que j’entends). D’un côté un joueur au sommet de son art et de l’autre un joueur qui pratique un tennis moyen. Pourtant il y a un set partout.”
Becker a enterré la hache de guerre à la fin du match, se contentant de constater que “le meilleur a(vait) gagné”, le sien, peut-être en hommage subliminal à Rusedski qui avait pronostiqué la victoire de Federer.

Becker a été globalement soutenu sur Twitter par des personnes dubitatives sur l’expertise de Greg Rusedski. Reste que l’attitude de Becker demeure assez étonnante et puérile vu son niveau de responsabilité. Espérons pour Djokovic que le joueur est plus imperméable à la pression et aux mauvaises ondes que cet entraîneur censé lui apporter de l’aide sur le plan mental…