La chose n’est pas commune, fort heureusement pour les coureurs. Sur le Tour de Californie, l’Espagnol Eloy Teruel a coupé la ligne, les bras levés comme s’il venait de remporter l’étape. Derrière, le peloton ne s’affole pas. Moment étrange pour le coureur lorsqu’il réalise tout à coup qu’il reste encore un tour à parcourir !

Mais que Eloy Teruel peut se consoler, il n’est pas le premier à faire ce genre de bourde. L’an dernier Ryder Hesjedal avait lui aussi levé les bras avant la fin de la course, sur le Tour d’Alberta.