Ces derniers temps, il faut être un guerrier pour faire Milan – San Remo. Les coureurs l’ont encore témoigné sur Twitter, la journée était dantesque sur le vélo.

C’était certes moins dantesque que l’an passé, mais cette 105e édition de Milan – San Remo a mis les organismes des coureurs à dure épreuve. Entre une météo capricieuse et la longueur de l’épreuve, c’était une journée à rester au chaud sur son canapé. Sur Twitter, les cyclistes l’ont bien fait comprendre.

Comme souvent, Mark Cavendish a été le plus explicite. Le champion britannique s’est lassé du “goût de l’eau sur la route“.

Près de 300km sous la pluie et dans le froid. Je peux vous dire que ce n’était pas drôle. Bon travail de l’équipe sans résultat satisfaisant, une prochaine fois ! Félicitations Alexander Kristoff“. Pour Marcel Sieberg, la journée a dû être longue sur le vélo.

“Voilà à quoi vous ressemblez après 270 km d’échappée“. Une chose est sûre, Martin Tjallinjii va passer une très bonne nuit…

Petit jeu de mot avec le terme “rain” (pluie) de la part de Roy Curvers. Plutôt bien trouvé !

La classique du printemps” a écrit ironiquement Omar Bertazzo, le coureur de l’équipe Androni.

Aujourd’hui Koen de Kort m’a demandé comment je me sentais. Ma réponse : brrrrewfgyfdgh. Il n’a pas compris” a plaisanté Albert Timmer. Entre la pluie, la neige et le vent, pas facile de communiquer !

Pour quelqu’un qui vient des Vosges, Steve Chainel a eu bien froid sur Milan – San Remo !

Jérôme Cousin n’a pas été épargné lui non plus…

Pourtant habitué aux faibles températures du Canada, c’était trop dur aujourd’hui pour Hugo Houle…

Sylvain Chavanel lui est bien allé jusqu’au bout… Pour mieux constater les dégâts au réveil le lendemain matin.