8 janvier, ouverture des soldes… sauf dans la boutique de Jean-Michel Aulas. Pour Maxime Gonalons, joueur de 24 ans, brassard au bras, avec six sélections en Equipe de France et un an et demi de contrat, le président de l’OL affirme sur RMC avoir refusé 17 millions (15+2 de bonus) de la part de Naples.

Un chiffre étonnant que le président du club italien, Aurelio de Laurentiis, a réfuté expliquant dans l’Equipe qu’il s’agissait du “montant demandé” par JMA, pas de celui de son offre (autour de 13 millions). Toute pièce maitresse qu’il soit, on a du mal à croire que le président de l’OL ait pu refuser une telle somme, surtout avec le déficit que présente son club. Sur twitter, on connait la bête et on ne croit pas une seconde aux manoeuvres du grand manitou lyonnais.

Avec cette sortie, JMA a donné le bâton pour se faire battre. C’est un peu son fonds de commerce et, à force, on va finir par croire qu’il en est friand. Le président de l’OL a donc eu le droit à quelques exemples de propositions indécentes qu’il aurait pu refuser, basées sur ses méthodes de calcul. Non sans une certaine créativité, merci twitter.

Il y aurait même de quoi créer le hashtag #sigonalonsvaut17millions ou #aveclacalculatriceaulas pour rire un peu, non ? Parce que si JMA évalue son milieu à une telle somme, il peut tenter 15 millions pour Bafetimbi Gomis en fin de contrat cet été? Et pourquoi pas 42 millions pour Javier Pastore tant qu’on y est ? Tiens, notre bureau de Madrid nous signale dans l’oreillette que la société de marketing qui a évalué Lionel Messi à 400 millions a revu son chiffre selon les calculs “aulassiens” : c’est 800 désormais. Sur twitter, les Erding ou les Vercoutre sont même devenus inabordables pour 95% des clubs de Ligue 1.

Bon, c’est quand même les soldes et il y a de quoi en profiter à l’OL. Pas sûr que pour les joueurs ci-dessous, JMA utiliserait la même calculatrice que pour Gonalons.