Une seule photo a suffi à relancer la polémique. On y voit la patineuse russe Adelina Sotnikova, médaillée d’or en patinage artistique, tomber dans les bras d’une des juges du concours juste après son titre. Mardi, dans le sillage de cette capture d’écran très vite partagée sur les réseaux sociaux, une enquête minutieuse de The Wire a nourri cette impression que quelque chose de très louche avait accouché de cette médaille d’or.

Depuis le 20 février et le sacre de la patineuse russe Adelina Sotnikova sur la patinoire de Sotchi, les critiques fusent. En cause, ses notes un peu trop élevées par rapport à sa performance (elle a gagné 18 points en un mois) et à celles de ses adversaires. Dès les résultats connus, une pétition avait été lancée sur le site change.org pour “ouvrir une enquête sur la décision des juges dans le concours de patinage féminin des jeux Olympiques de Sotchi et demander une correction du classement”. Plus de deux millions de personnes ont déjà signé cette pétition, allant même jusqu’à faire planter le site.

Dans la photo qui a relancé l’affaire, on voit la nouvelle championne olympique Adelina Sotnikova félicitée par deux des juges ayant noté la compétition. Une image qui a poussé le site d’actualités américain thewire.com à enquêter. Et à révéler, dans un article nourri, de nouveaux éléments venant appuyer la théorie du complot dénoncé par les signataires de la pétition.

Alla Shekhovtseva, la juge que l’on voit féliciter la patineuse, se trouve être également la femme du président de la fédération russe de patinage, Valentin Piseyev. De là à imaginer qu’elle aurait pu favoriser la protégée de son mari dont la victoire bénéficie également à la fédération russe au niveau économique, il n’y a qu’un pas…

Trois autres éléments viennent alourdir les suspicions de tricherie : l’analyse des feuilles de notation a révélé un nombre de bonification des éléments techniques anormalement élevé dans les notes attribuées par certains juges à Adelina Sotnikova et à l’autre patineuse russe en lice, Julia Lipnitskaya, par rapport à celles de leurs concurrentes. Alla Shekhotseva, seule, n’aurait pas pu influer sur le résultat puisque les notes sont modérées (la plus haute et la plus faible retirées et seules neuf notes sur les douze proposées sont retenues après tirage au sort informatique). Cependant, associée à plusieurs autres juges, elle avait la possibilité de faire basculer les résultats. C’est justement ce qu’avance un officiel haut-placé qui, sous-couvert d’anonymat, a accepté de se confier au site The Wire. Selon lui, la Russie, l’Ukraine, l’Estonie et la Slovaquie pourraient avoir travaillé ensemble pour augmenter les notes d’Adelina Sotnikova.

La présence dans le jury de l’Ukrainien Yuri Balkov, suspendu pour tentative de triche lors des JO de Nagano en 1998, vient renforcer cette théorie.

Et comme si cela ne suffisait pas, The Wire souligne également que le responsable des spécialistes techniques chargés de valider la conformité des sauts et pirouettes n’était autre qu’Alexander Lakernik, vice-président de la fédération russe de patinage.

Beaucoup d’éléments qui n’ont pourtant pas suffi à convaincre l’une des autres nations à porter réclamation comme l’a confirmé l’Union Internationale de Patinage (ISU) dans un communiqué officiel : “L’ISU n’a reçu aucune contestation officielle des résultats du concours de patinage artistique féminin ou d’aucun autre concours durant les Jeux Olympiques de Sotchi 2014 et a toute confiance dans la qualité et l’intégrité du système de notation”. Adelina Sotnikova peut donc dormir tranquille, sa médaille d’or autour du cou.