On ne sait pas pourquoi mais il y a des rencontres comme ça qui, comme une ampoule dont le filament casse, basculent. C’est ce qui est arrivé lors de Lens-PSG (1-3), match de la 10e journée de Ligue 1, disputé au Stade de France. En six minutes, Monsieur Rainville a distribué trois cartons rouges alors que le score était de 2-1 en faveur des Parisiens. Et tout a découlé du premier, une poussette de Gbamin sur Cavani dans la surface (53e). L’Uruguayen a dans la foulée célébré son penalty transformé, comme il le fait presque toujours, en mimant un tir au fusil.

Cette célébration avait été il y a peu l’objet d’un détournement cocasse de la part du club de Toulouse sur twitter. Monsieur Rainville n’a visiblement pas de compte et n’a même sans doute jamais vu l’attaquant du PSG fêter une de ses réalisations car il lui a mis un carton jaune. Abasourdi, Cavani demande des explications à l’arbitre qui lui tourne le dos et lui attrape le bras. C’est directement le carton rouge, que l’homme en turquoise vendredi soir, brandit (56e). Le match s’emballe, dans le mauvais sens, et une troisième exclusion est signifiée à Le Moigne pour un deuxième avertissement sur l’action suivante (58e).

Ces six minutes de folie ont sans surprise enflammé les réseaux sociaux. Comme à chaque fois, c’est en trois étapes. Le premier temps est celui de l’indignation. Celui qui critique et descend le niveau de l’arbitrage français.

Dans un second, vient celui des bons mots et des détournements pour exprimer combien Monsieur Rainville a la gâchette facile pour expulser les joueurs. 

Enfin, vient le temps de la vérification. Monsieur Rainville est-il vraiment si sévère qu’il ne l’est apparu ce soir? Plutôt. Depuis qu’il officie en Ligue 1 (c’est sa 5e saison), il a distribué 30 cartons rouges et 267 jaunes en 68 rencontres (ce Lens-PSG inclus). Et accordé 10 penalties depuis la saison passée, plus que tout autre arbitre en L1. Des bonnes moyennes…