Un jockey qui mesure plus d’1,90m, un footballeur de plus de 100 kilos, un basketteur d’1;59m cela interpelle. Surtout lorsque ces sportifs réussissent de belles performances. À l’instar d’Adebayo Akinfenwa , le footballeur au physique de bodybuilder, il existe toutefois de nombreux athlètes à posséder un physique pour le moins atypique. Voici notre sélection des sportifs qui n’ont vraiment pas le physique de leur sport.

Au Football…

Réussir dans le football de haut niveau pour un joueur en surpoids, c’est possible mais cela reste exceptionnel. Même si l’Indice de Masse Corporelle (IMC) ne veut pas dire grand-chose pour les sportifs de haut niveau, certains ont parcouru les stades du monde entier avec une allure plus proche du sportif du dimanche que celui du monde professionnel.

Stig Tofting

Quand il jouait, Si Stig Tofting était surnommé la “tondeuse à gazon”. Pas besoin de vous faire un dessin. Avec son physique de boxeur, l’homme est connu pour ses tacles assassins et ses contacts très virils, le Danois est un véritable écorché vif.
Hors des terrains, l’homme est intenable. En 1999, il est condamné à 20 jours de prison suite à une dispute avec le propriétaire d’un restaurant.

Avant le mondial 2002, il en vient aux mains avec l’un de ses partenaires de l’équipe du Danemark, Jesper Gronkjaer. Toujours en 2002, alors qu’il joue sous les couleurs de Bolton, il met un coup de tête au propriétaire d’un café au Danemark et écope de 4 mois de prison ferme. Peine qu’il effectuera en 2003. En 2009, Tofting s’essaye même à la boxe et fait un combat contre Sydney Lee devant les caméras. Boxeur, c’est peut-être la vocation première de Tofting ?

Cristian Fabbiani

À tous ceux qui stigmatisent les 102 kilos de Cristian Fabbiani, surnommé El Ogro (l’ogre), celui-ci répond toujours par une avalanche de buts et quelques subtilités techniques sud-américaines. Plutôt adroit avec ses pieds, l’attaquant passé par River Plate, trop gourmand, n’a jamais confirmé son talent et s’est enlisé à force de ne pas fait attention à son hygiène de vie. “Mon fils n’est pas gros, il a toujours été baraqué !“, assure sa mère Mirtha “Ils veulent me le mettre au régime ? Ce n’est pas une bonne idée. Qu’ils le laissent donc manger et il continuera à mettre des buts“, affirme avec conviction sa “mama”. Il faut dire que sa mère est cuisinière, l’Argentin est donc un peu excusé.

Jeroen Verhoeven

C’est le genre de joueurs bedonnants que l’on est habitué à voir dans les matches de football corporatif. Et pourtant… À 34 ans, Jeroen Verhoeven joue toujours pour le FC Utrecht en Première Division néerlandaise. Officiellement, il pèse 100 kilos. Il se murmure qu’il en accuserait dix de plus sur la balance. Contre toute attente et malgré un surpoids plus qu’évident, le brave Jeroen a réussi à devenir professionnel. Au FC Volendam, où il joua près d’une centaine de matches en D1 et en D2, de 2002 à 2009.
Pendant tout ce temps, les supporters adverses s’en sont forcément donné à coeur-joie. Le public de l’Ajax, club ou il a évolué entre 2009 et 2012, avait fait de Verhoeven sa cible préférée. À chaque dégagement du gardien, ils s’écriaient, en choeur : “Ooooooh… Pizza !”. Epique.

Verhoeven n’a jamais vraiment réussi à se défaire de cette étiquette. Dans les médias, on parlait davantage de son poids que de ses prestations. Il a même fini par être surnommé Mister Pizza. “Moi, ça me fait marrer. Je n’ai pas le moindre souci avec ce surnom. Mais la pizza, je n’aime pas ça !” lança-t-il face aux journalistes après un match. Pas de doute, Verhoeven possède un sens de l’autodérision… et un bon coup de fourchette.

Au Basket…

Avec un arceau à 3,05m, être grand est un avantage non négligeable au basket. Mais certains joueurs sortent du lot, plutôt positivement, avec comme caractéristique de posséder un centre de gravité plus proche du sol que la moyenne. Et quand ces “petits” prennent le pouvoir sur les parquets, ils font tout simplement perdre les pédales aux autres, trop lents pour les suivre.

Tyrone “Muggsy” Bogues

Culminant à 1,59m, Muggsy Bogues est le plus petit joueur ayant joué dans la ligue professionnelle américaine. Le basketteur passé par Washington (12e choix de draft en 1987), Charlotte, Golden State et Toronto s’est fait connaître aux Hornets en tant que meneur (évidemment). Dans un monde ou la moyenne de taille est autour de 1,98m (comme Jordan qu’il côtoya sur les parquets), ce joueur formidable rendait fou les défenseurs de taille “normale”. Les statistiques de sa meilleure saison (1993/1994) parlent d’elles-mêmes : 10,8 points, 10,1 passes, 4,1 rebonds et 1,7 interception de moyenne par match.

Anthony Jerome “Spud” Webb

Attention, Spud Webb c’est 1,70m de pur talent. Ayant fait l’essentiel de sa carrière aux Hawks d’Atlanta et aux Kings de Sacramento, Spud Webb a remporté le concours de dunks du All Star Game de 1986. Tout simplement ” amazing “. L’ancien meneur a révolutionné le dunk, décomplexant toute une catégorie de joueurs de petite taille. Spud Webb a joué 814 matches de saison régulière et 39 de playoffs en 13 années passées à écumer les parquets de NBA.

Hippisme

Un jockey d’1m92: Gabriel Leenders

Mesurer 1,92m quand on est jockey c’est surprenant. Ce qui est encore plus surprenant c’est d’être performant. Son parcours fut égrené de belles victoires et ce malgré une taille peu académique, la moyenne des jockeys étant de 1,55m pour le plat. Après un très grave accident en juillet 2007 à Vichy, il retrouve néanmoins le chemin du succès avec Gondleen, Quai Ouest, Orgueuil d’Anjou, Quality Mag, Matignon, Okelebel Mapoolish, etc… Fin 2009, il décide d’arrêter sa carrière de jockey et termine de la plus belle des façons par une victoire à Bordeaux.

Tennis

Ivo Karlović

Ivo Karlovic est l’un meilleurs serveurs du circuit. Il faut dire que ça part de haut et fort avec le Croate. Mais cette arme est à peu près la seule dont Karlovic, 2,08m, dispose. Nombreux sont les adversaires que le “géant croate” a définitivement écoeuré avec des aces sur première et deuxième balle. Demandez donc à Tsonga, qui n’avait rien pu faire à Wimbledon en 2009 face aux coups de boutoir du grand Ivo.

L’enchaînement service-volée est sa spécialité, facilitée par sa taille, la plus haute actuellement sur le circuit ATP. Le revers, joué à une main, est au contraire très faible. Ivo, qui maîtrise mal le lift, le joue parfois à plat, mais la plupart du temps en slice, et si l’échange se prolonge au-delà de trois coups, Ivo perd très souvent le point, pour peu que son adversaire s’applique à le tenir sur son revers, avec un effet slicé qui s’avère fort judicieux contre un joueur de la taille de Karlovic.

Formule 1

Le plus grand pilote de F1… par la taille : Justin Wilson, 1,92m

Vous connaissez Justin Wilson ? Brillant pilote, Justin Boyd Wilson a été victime d’un problème de taille qui l’a empêché de briller en Formule 1. En comparaison, Michael Schumacher le septuple champion du monde ne mesure seulement 1,74 mètre (la moyenne des pilotes de F1 étant d’1,70m).
La plupart des véhicules dont il était au volant ne pouvaient convenablement contenir les 192 centimètres du pilote dont il a fallu adapter le baquet. Champion de karting en 1989 et 1994, le Britannique rencontra trop de difficultés en F1, et ce n’est pas totalement de sa faute…

Wilson s’exila donc en 2004 vers les Etats-Unis et le ChampCar où il enchaina les succès où il fut longtemps considéré comme l’éternel second derrière un certain Sébastien Bourdais.

Football Américain

Doug Flutie

Incroyable histoire que celle de Doug Flutie. Véritable star avec Boston College, il remporte même le Heisman Trophy, qui désigne le meilleur joueur universitaire. Son touchdown sur une passe”ave Maria” face à Miami en 1984 est toujours considéré comme un des plus grands moments de l’histoire de la NCAA. Seul problème, Flutie culmine à 1,77m. Beaucoup, beaucuop trop petit pour devenir un quarterback efficace en NFL. La Ligue pro va donc bouder Flutie. Drafté seulement au 11e tour, il quitte la NFL, définitivement pense-ton, en 1989.Il n’y reviendra qu’en 1998, à 36 ans, après avoir fait les beaux jours de la CFL, la Ligue canadienne.

La “puce” Flutie va devenir l’idole des Buffalo Bills, prouvant sur le tard que sa taille ne l’empêche pas d’être efficace au plus haut niveau. Flutie mènera les Bills en playoffs et sera même sélectionné pour le Pro Bowl, le All Star Game de la NFL. Flutie a joué jusqu’à l’âge de 43 ans avant de se retirer en 2005.

Gymnastique

Svetlana Khorkina

Avant elle, il y avait déjà eu Svetlana Boginskaya et ses 157 centimètres. Presque une montagne par rapport à ses concurrents, ce qui lui avait valu un surnom : le cygne. Mais Svetlana Khorkina a poussé plus loin encore la révolution. Devenue entre 1995 et 2004 neuf fois championne du monde et double championne olympique, la star russe culminait à 1,64m. Une géante. A titre de comparaison, l’Américaine Mary Lou Retton, championne olympique à Los Angeles en 1984, mesurait 1,45m. D’ailleurs, à 8 ans, les spécialistes sont unanimes : Khorkina n’est pas faite pour la gym.

Trop grande, muscles trop longs. Il faudra tout le génie du vieil Boris Pilkin pour voir en elle un potentiel effarant. Il va adapter la gym de cette athlète aux mensurations démesurées pour certains agrès, notamment les barres asymétriques, dont Khorkina va pourtant devenir une spécialiste. Sa grâce naturelle fera le reste.