En ce mercredi 13 novembre, place est donnée à la gentillesse qui a sa propre journée. Certains sportifs ne connaissent pas cette notion. Au contraire, ils sont plutôt considérés comme de vrais méchants. Le BUZZ a décidé de donner son conseil gentillesse à ceux qui sont désormais irrécupérables.

Mike Tyson :

Champion du monde de boxe poids lourd WBC (1986-1990 et 1996), WBA (1987-1990 et 1996) et IBF (1987-1990), Mike Tyson est surtout connu pour avoir arraché une partie de l’oreille de son adversaire, Evander Holyfield, le 28 juin 1997. Il déclarerait plus tard avoir “voulu le tuer“.

Johan le Roux :

Le rugby de papa : brutal, rugueux, loin des caméras. Le Springbok se fait remarquer lors d’un test-match à Wellington en 1994 face aux All Blacks. Lors d’un regroupement au sol, Johan le Roux mord l’oreille de Sean Fitzpatrick qui terminera la tête en sang pour finalement se rendre aux urgences. Le joueur de l’Afrique du Sud se faisait appeler ” The Beast “.

Marty McSorley :

Ancien joueur de hockey sur glace, il a évolué dans les meilleurs clubs de la LNH où on connaissait son appétit pour la bagarre. Le 21 février 2000, il dépasse les règles de son sport en donnant un coup de crosse dans le visage de Donald Brashear lors d’un match avec les Bruins de Boston. Celui-ci tombe en arrière sur la tête, perdant connaissance pendant quelques secondes. Jugé par un tribunal, McSorley écopera de 18 mois de suspension pour attaque avec une arme sur autrui. Il ne rejouera plus jamais un match de NHL.

Vinnie Jones :

Joueur professionnel des Queens Park Rangers, Leeds United, Sheffield United et Chelsea, il n’a pas laissé de trace pour sa qualité technique. Au contraire, le bad boy des années 90 était plutôt du genre à tacler les genoux, insulter le tout venant voire castrer son adversaire. C’est le cas avec Paul Gascoigne, à qui il explose littéralement les testicules. Jones a seulement 23 ans. Cet acte, suivi d’autres du même acabit, lui vaudra le surnom du “boucher anglais”. Il est depuis devenu un grand acteur.

Tonya Harding :

Ancienne patineuse “artistique”. Dans les années 90, elle vit dans l’ombre de Nancy Kerrigan, sa compatriote américaine. Celle-ci est battue à coups de batte de baseball avant les Jeux Olympiques de Lillehammer (Norvège) en 1994. L’enquête montrera que c’est l’agent de Tonya Harding, sous le commandement de son mari, qui a frappé Nancy Kerrigan pour l’empêcher de remporter les JO. Tonya Harding fait aujourd’hui de la boxe.

Bill Laimbeer :

L’un des basketteurs les plus effrontés de l’histoire de la NBA. Bill Laimbeer jouait pour les Detroits Pistons avec qui il a brutalisé de nombreux adversaires. Coups bas, simulation et provocation étaient la façon la plus vicieuse de montrer sa méchanceté à ses adversaires. Laimbeer a même eu droit à son jeu vidéo sur Super Nintendo : Bill Laimbeer Combat Basketball, un jeu de basket-ball futuriste qui mélange basket et bagarre.

Mark Van Bommel :

Ancien joueur de foot néerlandais, tout jeune retraité. En sélection comme au Bayern Munich ou au Milan AC, Mark Van Bommel faisait dans la provoc. Sa spécialité, mettre un tacle assasin et se faire passer pour la victime. Il avait l’habitude d’insulter ses adversaires ou encore d’intimider ostensiblement l’arbitre. Dernièrement, il a appelé son chien “Ibra”, en hommage à Zlatan Ibrahimovic dont il fut le coéquipier à Milan.

Bill Romanowski :

Ancien joueur de football américain (NFL), il a été rebaptisé “le défigureur”. Il avait la mauvaise habitude de disloquer ses adversaires, que ce soit lors de plaquages sans ballon ou simplement en leur mettant un bon vieux coup de casque. Il est comme ça Bill, très tactile.

Harald Schumacher :

Que dire ?! Son nom parle tout seul. Il est le gardien allemand qui a littéralement découpé Patrick Battiston en 1982 alors qu’il était en position de marquer en demi-finale de la Coupe du Monde à Séville. Il dira des années plus tard “si c’était à refaire je le referais“. Peu scrupuleux, en plus.