Sir Alex Ferguson, qui a annoncé sa prochaine retraite, n’a pas été performant que sur le banc. Mais aussi devant les micros. Florilège de ses plus belles punchlines.

“Mon plus grand défi est derrière moi. Mon plus grand défi c’est d’avoir fait tomber Liverpool de son putain de piédestal. Et vous pouvez l’écrire.” A son arrivée à United en 1986, Liverpool était le club le plus titre du Royaume. En 2002, quand il s’entretient avec The Guardian, United a remonté une partie de son retard (14 titres contre 18). Aujourd’hui, avec 20 couronnes, Manchester a pris les devants.

S’il était un peu plus grand, il serait le meilleur défenseur central d’Angleterre. Son père fait 1,90m. J’aimerais savoir combien mesure le laitier.” Sir Alex Ferguson complimente Gary Neville à sa manière.

Je n’arrive pas à y croire. Je n’y crois pas. C’est le football. Putain !” Lorsque les Red Devils remportent la Ligue des champions en 1999 dans les dernières minutes grâce à Sheringam et Solskjaer, Sir Alex n’a pas d’autres mots.

Quand un Italien me dit : ce sont des pâtes, je vérifie toujours sous la sauce pour être sûr. Ils ont inventé les écrans de fumée.” Ferguson et l’Italie, ça fait deux.

Ce mec est né hors-jeu“. Ferguson et l’Italie, acte II. Cette fois, c’est Filippo Inzaghi qui passe à la moulinette.

Vous êtes en train de blaguer. Est-ce que j’ai l’air d’être un maso, prêt à me suicider ? A quoi ressemble la relégation plutôt ?” Lors de la saison 2006-2007, Liverpool est à la lutte avec United pour le titre. Questionné sur les chances des Reds de décrocher la première place, le manager écossais n’y va pas par quatre chemins. Et n’ose pas imaginer le pire.

City, c’est ça ? C’est un petit club avec une petite mentalité. Tout ce dont ils peuvent parler c’est Manchester United, c’est tout ce qu’ils ont fait, ils ne peuvent pas y échapper.” City, Ferguson n’aime pas plus que Liverpool…

Si on me demandait de le refaire, je pourrais essayer 100 ou un million de fois, peu importe. Je n’y arriverais pas.” Ferguson vient de balancer des crampons au visage de David Beckham. S’il ne l’a pas fait exprès, c’est néanmoins comme ça qu’il a montré la sortie au Spice Boy.

“Il n’avait jamais posé de problèmes jusqu’à ce qu’il se marie. (…) Le football n’est plus qu’une petite partie de sa vie.” En 2007, Ferguson reparle de David Beckham et de son épouse, Victoria.

Ils disent qu’il est intelligent, n’est-ce-pas ? Il parle cinq langues. Mais moi aussi j’ai un gamin de 15 ans de Côte d’Ivoire qui parle cinq langues !” Il, c’est Arsène Wenger. Le Français aura été le meilleur ennemi de l’Ecossais durant près de deux décennies.

“Vous êtes des putains d’idiots !” A des journalistes qui osaient remettre en cause le talent de Juan Sebastian Veron. L’Argentin se plantera quand même à Manchester United.