Jeudi, le quotidien Tuttosport s’en est pris à Michel Platini, qui serait responsable des maux de la Juve. C’est devenu une habitude. Si vous cherchez un responsable, c’est Platoche !

Michel Platini est un homme de pouvoir. Il l’a toujours été. Durant sa carrière de footballeur, comme après, “Platoche” a toujours aimé tenir les rênes. Aujourd’hui président de l’UEFA, peut-être futur boss du football mondial, Platini a le bras long. De là à lui imputer tous les bonheurs de l’équipe de France et les malheurs des autres ? Il n’y a qu’un pas. Que certains franchissent allégrement, sur Twitter ou ailleurs. Avec humour, souvent. Heureusement d’ailleurs.

Mercredi matin, c’est Tuttosport, quotidien de… Turin, qui s’en est pris à Michel Platini. L’UEFA n’aurait pas dû accepter la tenue du match sur la pelouse. Platini qui en veut à la Juventus. On aura tout entendu.

Par le passé, on ne peut pas dire que Michel Platini, trois fois Ballon d’Or sous le maillot bianconero et trois fois meilleur buteur de Serie A, ait fait le malheur de la Vecchia Signora. On peut résumer tout ça ainsi par ces quelques lignes et cet inventaire…

Platini à la Juve, c’est :

– Une Coupe d’Europe des Clubs Champions (1985)

– Une Coupe des Coupes (1984)

– Une Coupe Intercontinentale (1985)

– Une Supercoupe d’Europe (1984)

– Deux Scudetto (1984, 1986)

– Une Coupe d’Italie (1983)

De Laurentiis, président de Naples, est sur la même longueur d’ondes. L’élimination du Napoli ? Signée Platini !

Avant l’élimination de la Juventus et de Naples, mercredi, il y avait eu le tirage au sort de la Coupe du monde le 6 décembre dernier. Là, la France avait hérité d’un groupe plutôt sympa, avec le Honduras, la Suisse et l’Equateur. Merci qui ? Devinez. C’est dit avec humour, d’accord.

Certains se posent quand même une question censée. Parce que Platoche, il dirige l’UEFA, hein ?

Le Ballon d’Or ? Pour Ribéry, pardi. C’est Hristo Stoichkov qui le dit ! L’an passé, le Bulgare avait expliqué que Messi n’aurait peut-être pas de quatrième Ballon d’Or pour ne pas dépasser… Platini.

Un peu plus tôt dans l’année, Michel Platini avait également eu le droit aux félicitations de François Pinet, journaliste. C’était durant Bayern – Barcelone. Une faute de Müller qui n’avait pas été vue par les hommes en noir. L’arbitrage à cinq. Michel Platini.

Un but annulé en faveur de Malaga ? Merci qui ?

D’un autre côté, ça ne date pas d’hier. Dès 2009 et la main de qui vous savez face à l’Irlande, le patron de l’UEFA en prenait déjà pour son grade. Signé Robbie Keane. Il y est question de SMS, de Platini et de Blatter.

Un vrai merci à Michel Platini, sincère ? En voilà un. Signé Julien Doré qui a écrit une chanson en l’honneur du triple Ballon d’Or.