C’est l’histoire du moment au Brésil autour de la Seleçao. Deux jours après l’exclusion du défenseur Maicon, Elias, autre joueur de la sélection auriverde, s’est senti obligé d’exprimer publiquement qu’il n’était pas homosexuel. Les deux faits sont liés. Mais comment en est-il arrivé là ? A cause d’une rumeur et d’un site parodique.

Dimanche dernier, le directeur des sélections brésiliennes Gilmar Rinaldi annonce que Maicon (33 ans) quitte le groupe alors que la Seleçao est sur le chemin de New York, pour y disputer un match amical face à l’Equateur. Il évoque un « problème interne » et « disciplinaire ». Rien de plus ne filtre à ce moment-là mais une rumeur évoque une relation sexuelle entre lui et Elias.

Le site parodique Olé du Brasil, comparable au Gorafi en France, se lance à son tour dans une publication écrivant que les deux hommes ont été surpris dans une position pour le moins compromettante. Une histoire de piment, de lait concentré et d’anus. On vous passe les détails. Sans surprise, la rumeur fait le tour de la toile très rapidement et prend de l’ampleur.

Elias a ri puis a vite déchanté

Dans la soirée, Olé du Brasil présente ses excuses à Elias et retire le texte de son site expliquant qu’il était avant tout question de souligner l’absurdité de la rumeur initiale sur les deux hommes. Et la Fédération brésilienne de dévoiler finalement que Maicon était en fait en retard de 11 heures au rassemblement ce week-end, après la victoire sur la Colombie (1-0) d’où sa mise à l’écart.

Trop tard pour Elias qui annonce qu’il va poursuivre les personnes qu’il juge responsables de la propagation de cette rumeur. « Elles vont devoir payer. Mon père et mes avocats sont sur le coup pour intenter une action. Je n’ai rien contre les homosexuels, que ce soit clair mais je ne le suis pas, explique-t-il. Je ne suis pas homophobe, je peux être contre mais je respecte. J’ai de grands amis homosexuels mais moi je ne le suis pas”.

Elias raconte également que la rumeur l’a d’abord “surpris” puis “fait rire” tout comme sa femme avant qu’ils ne se rendent compte des proportions qu’elle prenait. Dans quelques temps, je vais rire de cette histoire mais je dois prendre soin de ma famille et éviter qu’elle ne soit exposée de la sorte”, conclut-il.