L’ex-sélectionneur de l’équipe nationale argentine Alfio Basile a révélé dans un entretien télévisé qu’il avait jadis chassé le pape François du vestiaire de San Lorenzo, redoutant que l’archevêque ne déconcentre ses joueurs.

L’incident remonte à 1998. M.Basile, surnommé “Coco” en Argentine, venait de prendre ses fonctions à San Lorenzo, alors dans une mauvaise passe.

Nous étions sur le point d’entrer sur le terrain, un curé entre dans le vestiaire. Je demande: ‘c’est qui ce curé?’ (Le président Fernando) Miele me répond: ‘tu vois Coco, c’est un curé qui vient à chaque rencontre et qui salue un à un les joueurs’. Moi je ne voulais pas que quelqu’un vienne déconcentrer les joueurs, je lui ai demandé de faire sortir le curé“, a raconté Alfio Basile lors d’un entretien à la chaîne de télévision TV Publica.

L’entraîneur a ensuite confié qu’il n’avait pas tout de suite fait le lien entre l’incident de 1998 et le pape.

Un mois après l’élection de François, a poursuit M.Basile, hilare, “j’ai rencontré Fernando Miele dans un restaurant et il me dit: ‘tu as vu qui est le pape?’ Je lui réponds: Bien sûr, le monde entier sait que le pape est argentin. ‘Non, me dit-il, c’est Bergoglio, le curé que tu as viré du vestiaire de San Lorenzo”.

Alfio Basile a affirmé qu’il comptait se rendre au Vatican pour parler de l’anecdote avec l’ancien archevêque de Buenos Aires.

Le pape François ne cache pas qu’il est attaché depuis son enfance à San Lorenzo, club populaire de Buenos Aires. Il a récemment reçu une délégation du club argentin, vainqueur en août de la Copa Libertadores, la compétition des clubs la plus prestigieuse d’Amérique latine.