John Terry est aujourd’hui l’emblématique capitaine de Chelsea. Pourtant, pour le joueur de 35 ans, tout n’a pas toujours été simple à Londres. Pour se faire un nom à son arrivée en 1995, il a dû accomplir des tâches pas toujours reluisantes.

A l’occasion du renouvellement de son contrat pour une année, le défenseur s’est confié dans une interview diffusée sur le site internet du club. Comme la coutume l’exigeait dans le passé, John Terry a dû cirer les chaussures de ses coéquipiers, notamment celles de Dennis Wise : “J’avais l’habitude de nettoyer les chaussures de Wise, il voulait qu’elles soient parfaites. Je prenais vraiment soin d’elles, j’utilisais de la vaseline et des trucs comme ça.” Une action qui pourrait surprendre les jeunes joueurs actuels, mais qui n’est rien comparé à ce qu’a ensuite accompli John Terry.

“J’étais prêt à tout pour eux”

Le joueur de Chelsea était aux petits soins pour ses compagnons : “J’étais prêt à tout pour eux. Je m’occupais de préparer leurs cafés et leurs thés. Tout, même les choses les plus dingues. Je m’asseyais sur le siège des toilettes pour le chauffer en hiver au terrain d’entraînement. C’est bizarre quand j’y repense, mais ça faisait partie de mon éducation de footballeur.”

Des tâches parfois ingrates, qui ont su faire mouche auprès de Dennis Wise : “De temps à autres, il me donnait un petit bonus. À chaque fois qu’il marquait, il me donnait 25 livres, ce qui représentait la moitié de mon salaire à cette époque ! Je priais pour qu’on ait un pénalty ou pour qu’il marque. Je n’hésitais pas à tacler des joueurs de l’équipe première, et je me rappelle qu’à l’époque les gens disaient “Ooh, tu ne peux pas faire ça”. Parfois, les joueurs étrangers n’aimaient pas ça. Une fois, Dan Petrescu m’a pris par la gorge et m’a dit “Qu’est-ce que tu penses être en train de faire, là ?”. Le premier à me défendre a été Wise : “Si tu as quelque chose à me dire, tu me le dis à moi, pas aux jeunes joueurs”. On en rigole avec Dan maintenant.”

Depuis, les temps ont bien changé. Pour s’intégrer en Equipe de France, Nabil Fékir a par exemple chanté Ma Direction de Sexion d’Assaut.