Neymar est au sol, sa main gauche entoure son tibia endolori par un choc avec un adversaire et sa main droite s’agite frénétiquement en l’air à l’attention des soigneurs. Son visage est marqué par la douleur et c’est tout un pays qui retient son souffle… 45 secondes plus tard, le prodige brésilien court de nouveau et tout semble oublié. Cette scène est bien connue des connaisseurs de football, à tel point que le cabinet DVR a réalisé une étude empirique visant à déterminer quelle nation s’est le « plus roulé au sol » lors de la Coupe du monde.

A l’issue des 32 premiers matches du mondial, 302 joueurs ont été touché lors d’une action et se sont retrouvés en position fœtale, obligeant l’arbitre à interrompre la rencontre. Une perte de temps estimée par le cabinet à 132 minutes. Enorme, surtout si l’on ajoute que seuls neuf de ces joueurs ont dû être remplacé suite à ces arrêts de jeu. Qu’en est-il des 293 autres et surtout qui sont-ils ?

Avec 17 blessures, la Seleçao auriverde est en tête mais ses joueurs touchés se relèvent vite : seulement 3 minutes et 18 secondes perdues. Le Honduras, étonnamment, est l’équipe qui a passé le plus de temps au sol, près de huit minutes. Et nos petits Bleus dans tout ça, ils arrivent en deuxième position avec 7’19 » pour dix joueurs blessés. Pas pressé de se relever…

Mention spéciale à la Bosnie qui en deux matches n’aura subi que deux blessures pour 24 secondes passées au sol.