Si on lui avait dit il y a cinq jours, alors qu’il venait de se faire torpiller par Roger Federer pour son troisième match du groupe B (6-0, 6-1), qu’il se retrouverait ce dimanche à l’O2 Arena face à Novak Djokovic, il ne l’aurait évidemment pas cru. A raison, d’ailleurs. Sauf que le dos du Suisse a finalement privé le public londonien d’une finale terriblement prometteuse, et qu’Andy Murray, beau joueur, n’a pas lâché les spectateurs.

Pour assurer un minimum de spectacle, l’Ecossais a accepté de jouer un match d’exhibition face au désormais triple tenant du titre. En un seul set de huit jeux, pour pousser la bizarrerie jusqu’au bout. Avant de rempiler en double, associé à John McEnroe, face à la paire Pat Cash-Tim Henman. Au final, Djokovic a donné un peu d’épaisseur – et de sourire – à son titre en l’emportant 8-5, non sans quelques facéties comme il les aime, avec notamment une balle jetée sur l’arbitre après un challenge en sa faveur.

Lucide, Murray s’excusera après la rencontre : “Je dois m’excuser d’avoir fait tellement lutter Roger jeudi.”

Et reconnaîtra sa remarquable préparation physique et mentale pour cette “finale” improvisée : “Je jouais à Mario Kart sur mon canapé quand on m’a prévenu”

Quant au double, il a viré au grand n’importe quoi, Murray se retrouvant même un temps… tout seul d’un côté du filet, à un contre trois ! A défaut de vivre une finale mémorable, le public londonien a passé une soirée sous le signe de la rigolade. Merci à l’humour so british de Sir Andy.