Vous avez vibré avec lui, sprinté devant votre télé, versé une larmichette en le voyant abattu par le résultat final. Martin Fourcade n’a pas fini de vous étonner…

En examinant de près toutes les photos que les agences de presse nous ont fait parvenir depuis Sotchi, on voit distinctement que Fourcade, battu de trois centimètres, sourit au moment de franchir la ligne. Sur plusieurs d’entre elles : c’est aussi le cas sur l’image qui a fait la une de notre site cet après-midi.

C’est le sourire du champion qui ne confond pas son ambition avec la fin du monde. Le sourire du champion capable de chérir ce rare moment de sport autant que le résultat. Le sourire d’une personnalité qui aura marqué les Jeux de Sotchi, quoiqu’il arrive, par sa personnalité pleine de vie autant que par ses performances. La sourire d’un champion qui, sur la deuxième place du podium, savourait encore son plaisir d’être là quelques heures plus tard.