Roger Federer collectionne les records mais il y en a un dont il se serait bien passé : celui du joueur le plus souvent battu en ayant pourtant gagné plus de points que son adversaire pendant le match.

Selon un article paru dans la revue spécialisée International Journal of Performance Analysis in Sports et basé sur l’étude de plus de 61 000 matches du circuit masculin depuis 1990 à travers un dérivé du Paradoxe de Simpson (paradoxe mathématique bien connu des statisticiens), 4,5% des matches de tennis sont perdus par le joueur ayant gagné le plus de points. Les joueurs le savent bien… Rien n’est joué tant que la balle de match n’est pas gagnée !

Les chercheurs se sont intéressés de plus près à ces matches et aux joueurs impliqués. John Isner réputé pour son service impressionnant se révèle être le joueur le plus efficace dans ce type de rencontres. Lors de son match historique remporté 70-68 dans le cinquième set contre Nicolas Mahut à Wimbledon en 2010, l’Américain avait marqué 24 points de moins que le joueur français mais c’est bien lui qui s’était qualifié pour le deuxième tour. Le bon ratio de John Isner dans ce genre de match s’explique en grande partie par sa solidité au service et son manque de réussite sur les jeux de retour.

A l’autre bout du classement, c’est bien Roger Federer qui présente la plus mauvaise statistique avec 4 victoires pour 24 défaites dans des matches où le perdant a remporté plus de points que son vainqueur. En analysant précisément les feuilles de matches du Suisse, les chercheurs ont constaté que ce résultat s’expliquait en grande partie par le fait que même lorsqu’il perd les matches, Roger Federer remporte assez facilement la majorité de ses jeux de service alors qu’il ne s’incline qu’après une ou deux égalités sur les jeux de retour. Finalement ce record, aussi négatif qu’il paraisse, souligne une fois de plus la solidité du Suisse.