Cinq des médailles d’or russes ont été gagnées par des gars qui s’appellent Victor et ne sont pas originaires de Russie.” Dans ce tweet qui nous a fait sourire, samedi, le New York Times ne précisait pas que ce bilan coquasse représentait aussi la moitié des médailles d’or russes lors des JO de Sotchi. Moins de 24 heures avant la fin des Jeux, la Russie, deuxième au tableau des médailles, avait décroché 27 breloques dont 10 du plus beau métal. Les héros de ce mercato réussi : Victor An et Vic Wild.

Vic Wild ou Victor Wild

Né le 23 août 1986 à White Salmon aux Etats-Unis, Vic Wild a passé onze ans dans l’équipe de snowboard américaine avant de décider de rejoindre sa femme, la snowboardeuse russe Alena Zavarzina et de changer de nationalité en 2012. Une procédure administrative compliquée qui a privé le snowboardeur de compétition pendant la saison 2011/2012. Sifflé par le public lors des qualifications du géant parallèle mercredi, Vic Wild a offert la meilleure des réponses en décrochant le titre olympique avant de récidiver trois jours plus tard lors du slalom parallèle. Désormais double champion olympique, l’ex-Américain Vic Wild est l’une des stars russes de ces Jeux de Sotchi.

Victor An ou Ahn Hyun-Soo

En remportant trois nouvelles médailles d’or lors des épreuves de short-track de Sotchi (500m, 1000m et 5000m en relais) et une médaille de bronze sur 1500m, le Russe Victor An est devenu, à 28 ans, l’athlète de short-track le plus médaillé de l’histoire des Jeux Olympiques avec 8 médailles olympiques. Petite particularité, Victor An avait gagné ses quatre premières breloques à Turin en 2006. A l’époque, il s’appelait Ahn Hyun-Soo et courait sous les couleurs de la Corée du Sud, son pays natal. Malmenée par sa fédération, la très critiquée Union coréenne du patinage (KSU), la star du short-track a cédé aux avances de la Russie en 2011. Une défection qui n’a pas franchement ravi la Corée du Sud. La présidente Park Geun-Hye a même demandé une enquête sur les circonstances ayant amené Ahn Hyun-Soo à devenir Victor An. Mais c’est bien Vladimir Poutine et ses concitoyens qui ont fêté les triomphes du patineur…