“Je n’avais pas l’intention de lui faire mal, de lui faire peur ou quoi que ce soit d’autre et j’espère sincèrement qu’il me pardonne. Je ne voudrais pas que cela arrive à mon fils”. Coupable d’un geste de (très) mauvaise humeur au cours de sa finale remportée contre Andy Murray à Miami, Novak Djokovic a présenté ses excuses au pauvre ramasseur de balles qui a été témoin de la colère du Serbe.

Vexé d’avoir perdu le 2e set sur son service, Djokovic s’est saisi brusquement de la serviette que lui tendait le garçon tandis que le numéro 1 mondial pestait en direction de son coin.

Une colère garantie sans gluten.