Tous les ans, l’Open d’Australie donne le véritable coup d’envoi à la saison de tennis. Plébiscité par les joueurs qui le désignent régulièrement comme le tournoi du Grand Chelem qu’ils préfèrent, l’Open d’Australie se positionne comme la compétition de tennis la plus cool de l’année. On vous explique pourquoi.

Comme un air de rentrée des classes

Même si plusieurs tournois ont lieu avant, l’Open d’Australie fait figure de véritable rentrée des classes pour l’ensemble du circuit. L’occasion également de découvrir les nouvelles associations formées à l’intersaison comme cette année Djokovic-Becker ou Federer-Edberg.

Comme les écoliers, les joueurs sont impatients de se retrouver. Après une préparation d’avant-saison intensive effectuée chacun de son côté, ils ont hâte d’en découdre sur le terrain.

Mais avant le début des choses sérieuses, l’heure est aux rires et à la complicité lors du traditionnel Kids Day. Associés à des personnages de dessins animés, les meilleurs mondiaux font le show en toute décontraction.

Etre cool c’est avant tout une question d’attitude. En Australie, le sport et la vie au grand air font partie du quotidien.

L’Open d’Australie est de loin le tournoi où l’ambiance est la plus cool dans les tribunes. Oubliez les costumes cravates des loges de Roland Garros ou le protocole de la Royal Box à Wimbledon. A Melbourne, c’est le look surfeur qui a la cote. Tee-shirt, short, tongs et lunettes de soleil, voici la panoplie idéale des supporters australiens quand ils ne préfèrent pas se déguiser et faire le show en tribunes.

Dans ce pays où les communautés d’expatriés sont très importantes, les groupes de supporters n’hésitent pas à se maquiller aux couleurs de leur pays pour supporter bruyamment leurs joueurs favoris. Cette année, ce sont les fans de la Canadienne Eugénie Bouchard qui remportent la palme des meilleurs supporters.

A Melbourne on ne découvre pas seulement de nouveaux talents, on assiste aussi à la formation de duos originaux sur le court avec par exemple le retour apprécié de Patrick Rafter en double aux côtés de Lleyton Hewitt.

Sous le soleil estival

En plein été austral, les joueurs font souvent face à des conditions de jeu extrêmes. Le thermomètre affiche souvent plus de 40°C à l’ombre et cette année encore Melbourne Park s’est transformé en véritable fournaise en début de tournoi : on a même pu faire cuire des oeufs sur les courts tant le soleil frappait fort. Tee-shirts détrempés, joueurs déshydratés perfusés à leur retour dans les vestiaires, malaises sur le court. Opposé à Benoit Paire au premier tour cette année, Frank Dancevic a vu Snoopy sur le court !