COUPE DU MONDE 2018 – Les Russes ne blaguent pas avec la sécurité. Ce n’est pas Noël Le Graët qui dira le contraire. Le président de la Fédération française de football s’est en effet vu momentanément interdire l’accès de l’hôtel de l’équipe de France lorsqu’il a voulu y retourner, malgré son accréditation, a raconté lundi le sélectionneur Didier Deschamps en conférence de presse.

“On est soumis à des règles de sécurité très élevées. Même notre président qui est ressorti ce matin n’a pas pu re-rentrer. Pourtant il avait sa carte, mais non, c’est non”, a confié “la Desch'” sur un ton amusé en révélant cette scène cocasse devant les médias. “Peut-être que ça va s’assouplir”, a-t-il ajouté. Il manquait certains macarons au véhicule du dirigeant, qui a pu finalement rentrer quelques minutes plus tard, a-t-on précisé dans l’encadrement des Bleus.

La question portait initialement sur le critère de l’hermétisme pour choisir son camp de base, à quoi Deschamps a répondu : “Surtout pas, on a besoin de tranquillité, mais je ne veux surtout pas d’un style bunker ! C’est très évasé, il y a beaucoup d’espace”. L’hôtel des Bleus est isolé dans une forêt, au bout d’un chemin d’accès protégé par des policiers. Il est interdit de prendre en photo le portail d’entrée, lui aussi dûment gardé, où est inscrit en français : “Bienvenue”.

L’entrée de l’hôtel 4 étoiles qui accueille l’équipe de France, à Kostrovo, à quelque 70 kilomètres à l’ouest de Moscou (Crédit photo : FRANCK FIFE/AFP/Getty Images)

Rémy de Souza avec AFP