HORS-JEU – Leicester a réussi l’impensable en devenant champion d’Angleterre au nez et à la barbe des superpuissances du football anglais. Le succès des Foxes et de leur entraîneur, Claudio Ranieri, Alan Ashcroft en profite très largement. Qui ça ? Alan Ashcroft donc, un électricien écossais au chomâge âgé de 56 ans. Sa particularité ? Une très forte ressemblance physique avec l’entraîneur italien. Du coup, le quinquagénaire s’est mué en séducteur invétéré, comme il l’a raconté dimanche dans les pages du tabloïd Sunday Sport.

“J’ai l’impression d’avoir gagné à la loterie génétique”, assure celui qui a quitté Glasgow pour Leicester une fois le titre entériné, le 2 mai dernier. “Quand j’ai appris le résultat le lundi soir (un match nul 2-2 entre Chelsea et Tottenham synonyme de sacre pour Jamie Vardy & co, NDLR), j’ai sauté dans un train avec une valise, trois bouteilles d’alcool et une grosse boîte de préservatifs. Je savais que c’était une opportunité que je ne pouvais pas laisser filer”.

Depuis, Ashcroft rencontre un succès fou avec les femmes. “Je ne tiens pas les comptes mais je pense avoir couché avec 26 filles en un peu plus d’une semaine”, assure le profiteur, qui refuse l’étiquette d’escroc. “Je veux que l’on sache que je ne mens jamais aux femmes. Je ne prétends jamais être Ranieri, c’est juste qu’elle le croient et que je ne les contredis pas !”

Reste à savoir si toute cette histoire est vraie. La photo d’Ashcroft, qui ressemble à un montage, interroge. Tout comme la réputation sulfureuse du Sunday Sport, une publication connue outre-Manche pour exposer des femmes à moitié nue à longueur de pages et pour avoir par exemple raconté qu’un bombardier de la Seconde Guerre mondiale avait été retrouvé… sur la Lune.

Rémy de Souza
@LaSouz