JO RIO 2016 – L’émotion est immense. Kevin Mayer s’est sublimé pour aller chercher une magnifique médaille d’argent sur décathlon, jeudi à Rio. Le Français a regardé dans les yeux la légende vivante de la discipline, le champion olympique américain Ashton Eaton, les deux hommes s’enlaçant à l’arrivée de leur dernière épreuve pour offrir une des très belles images de ces Jeux Olympiques.

Ce n’était qu’un début pour le palpitant de Mayer, pas ménagé à l’heure de parader dans le stade olympique puis de retrouver ses proches. Un moment de joie capturé par notre envoyé spécial dans les coulisses de l’enceinte carioca.

mayer-proches-rio2016

“Je n’ai qu’une envie, c’est d’en profiter avec mes proches, a confié Mayer avant de retrouver les siens. Mes frères étaient tous en pleurs et c’est eux qui m’ont fait chialer pendant ce tour d’honneur. Ils avaient tendance à me faire faire les expériences avant eux quand on était gosses et c’est eux qui m’ont poussé à me dépasser comme ça. Merci à mes parents de m’avoir éduqué de la sorte, ils ne m’ont jamais poussé mais toujours encouragé.”

Ses trois frères aussi, tous présents dans les travées du stade olympique, l’ont encouragé. “C’était très intense. C’était trop beau. Dès le 100m, on avait envie de chialer. On savait depuis 2-3 épreuves qu’il allait avoir la médaille, mais quand il a passé la ligne d’arrivée, tout est sorti. Il attendait ça depuis quatre ans. C’est un guerrier, il a fait le saut en hauteur blessé, nous a confiés l’un deux. On ne l’a pas vu pendant deux jours, j’ai juste échangé quelques textos avec lui, c’est tout. On l’a vu la veille seulement. Il était très stressé. Plus que d’habitude, mais bon, ce sont les Jeux. Là, il avait une chance de médaille. Mais s’il réussit comme ça quand il est stressé, qu’il continue. On a cru à l’or, on a commencé à faire les calculs à la perche, mais Eaton était trop fort. Mais c’est bien de l’avoir chatouillé, on a vu qu’Eaton ne le lâchait pas du 1500. C’est une vraie marque de respect.”

Pour suivre les aventures de notre envoyé spécial au Brésil, n’hésitez pas à nous suivre sur Snapchat (EurosportFR)…

Snapchat_Facebook-default_02

Laurent Vergne avec Rémy de Souza