FOOTBALL – Liverpool a perdu en finale de la Ligue Europa, mercredi contre Séville (3-1). Dominateur en seconde période avec trois buts marqués, le club andalou aurait pourtant pu connaître un premier acte cauchemardesque si l’arbitre de la rencontre, le Suédois Jonas Eriksson, s’était montré plus sévère. Lors des 45 premières minutes, les joueurs du club espagnol ont en effet commis deux mains dans la zone de vérité pour zéro penalty.

La première est peut-être la plus flagrante. Après 12 minutes de jeu, Roberto Firmino entre dans la surface et prend le meilleur sur Daniel Carriço d’un dribble intérieur. Le Portugais dévie la trajectoire du ballon, de façon intentionelle semble-t-il, sans émouvoir l’homme au sifflet.

A cinq minutes de la pause, c’est ensuite Grzegorz Krychowiak qui détourne de la main une passe de Daniel Sturridge. Là encore, M. Eriksson a laissé le jeu se poursuivre. A bon escient ?

Entre ces deux faits de jeu, Adil Rami a lui aussi touché le cuir du bras (28e), mais il aurait été injuste de sanctionner le geste involontaire du défenseur français.

Vous l’aurez compris, M. Eriksson, arbitre qui a la particularité d’être multimillionnaire après avoir vendu à la fin des années 2000 ses parts dans une société suédoise spécialisée dans les contenus télé sportifs, ne s’est pas fait que des amis (sa page française sur Wikipédia a d’ailleurs connu une petite modification…). Et ce n’est peut-être pas fini : le Scandinave fait partie des 18 arbitres retenus pour officier durant l’Euro.

Eriksson-vendu

Rémy de Souza
@LaSouz